Blogue

LES 36 CORDES SENSIBLES par Jacques Bouchard

En 1978, Jacques Bouchard publiait Les 36 cordes sensibles des Québécois d’après leurs six racines vitales. Jacques Bouchard, considéré comme le père de la publicité québécoise, voulait expliquer les clés de la publicité et convaincre ses clients de concevoir et de produire des campagnes publicitaires destinées spécifiquement au marché québécois.

Le livre a connu un succès spectaculaire et il est encore considéré aujourd’hui comme une référence pour ceux qui veulent saisir l’âme des Québécois et comprendre leur comportement. « Nous allons essayer, écrivait-il au début de son livre, de cerner ce peuple québécois dans ses racines, là où il est fixe, immuable et tout nu, là où, après un périlleux concours de circonstances, il s’est défini lui-même et donné un type social. »

Le génie de Jacques Bouchard a été de formuler de façon très simple et claire les caractéristiques perçues des Québécois. Si j’ai mis ces mots en italique, c’est que Jacques Bouchard a réussi à dessiner un portrait remarquable des Québécois, essentiellement à partir de ses intuitions et de sa vaste expérience.

Il l’a fait avec tellement de talent que personne ne s’y est véritablement risqué depuis la parution de son livre. Mon ami, collègue et coauteur Jacques Nantel, qui est un passionné de musique classique, serait peut-être tenté de faire le rapprochement avec ce que l’on a appelé la « malédiction de la neuvième symphonie ». Selon cette superstition, il a fallu attendre 129 ans après l’extraordinaire neuvième symphonie de Beethoven, terminée en 1824, pour qu’un autre grand 10 Le Code Québec musicien classique réussisse à terminer une dixième symphonie. Ce sera le compositeur russe Chostakovitch, en 1953.

Je reste admiratif du travail accompli par Jacques Bouchard, mais ses 36 cordes ont quand même un peu vieilli. Trente-sept ans plus tard, les Québécois d’aujourd’hui ne sont plus ce qu’ils étaient alors. Ils ont changé et près de la moitié des cordes sensibles ne s’appliquent plus aujourd’hui. L’antimercantilisme, le mysticisme et l’esprit moutonnier ne sont plus présents. Nous ne souffrons plus d’un complexe d’infériorité, d’étroitesse d’esprit et notre bas de laine est percé. Nous nous sommes urbanisés encore davantage et nous avons perdu de cette simplicité, cette fidélité au patrimoine, cette finasserie et cette habileté manuelle perçues par Jacques Bouchard.

À l’inverse, les cordes sensibles comme la recherche du confort, la joie de vivre, le talent artistique, la superconsommation, l’amour des enfants ou l’amour de la nature sont encore très présentes de nos jours.

J’ai en main des centaines de résultats de sondages qui montrent que nous avons moins peur du risque, que faire de l’argent n’est plus considéré comme un péché et que nous sommes beaucoup plus ouverts sur le monde.

Qui est le mieux placé, aujourd’hui, pour évaluer les Québécois, sinon les Québécois eux-mêmes ? C’est pour cela que nous avons réalisé une série de sondages exclusifs pour ce livre, afin que les Québécois se révèlent à eux-mêmes.

Notre premier tableau (ci-contre) présente les résultats de notre sondage sur les 36 cordes sensibles des Québécois établies par Jacques Bouchard en 1978. Nous constatons que les Québécois estiment justement que 18 cordes sur 36 ne s’appliquent plus aujourd’hui.

Jacques Bouchard avait aussi eu l’intelligence de regrouper les 36 cordes sensibles sous 6 racines distinctes, soit les racines terrienne, minoritaire, nord-américaine, catholique, latine et française. Notre sondage montre que la majorité des cordes provenant de la racine terrienne (5 sur 6), de la racine latine (5 sur 6) et de la racine nord-américaine (4 sur 6) existent encore. Ce qui n’est pas le cas pour les racines minoritaire (2 sur 6), française (2 sur 6) et surtout Préambule 1 1 catholique (0 sur 6). En somme, les Québécois se définissent davantage comme étant terriens, latins et nord-américains et se sentent de moins en moins minoritaires, français et catholiques.

Depuis 30 ans, j’ai participé à plus de 30 000 sondages, groupes de discussion, études de marché ou recherches sociologiques et économiques tant au Québec qu’au Canada, aux États-Unis et dans une centaine de pays dans le monde. Chacune de ces études a apporté un éclairage nouveau, précis, mais toujours partiel sur les différences québécoises. Il nous fallait aller plus loin et plus en profondeur pour démystifier l’« Homo quebecensis » et révéler les vraies différences qui font de nous un peuple unique au monde. Ni meilleur, ni pire, mais différent.

SONDAGE SUR LES 36 CORDES SENSIBLES DES QUÉBÉCOIS

Notre sondage révèle que les Québécois d’aujourd’hui rejettent 18 des 36 cordes établies par Jacques Bouchard en 1978.

Question : Selon vous, les Québécois sont-ils des gens qui… ? % OUI
La recherche du confort (recherchent le confort) 87 %
La joie de vivre (ont la joie de vivre) 83 %
Le talent artistique (ont du talent artistique) 79 %
La superconsommation (surconsomment) 78 %
L’amour des enfants (aiment beaucoup les enfants) 78 %
L’amour de la nature (sont amoureux de la nature) 74 %
La sentimentalité (sont sentimentaux) 72 %
La simplicité (sont simples) 70 %
Le commérage (font du commérage) 70 %
L’habileté manuelle (sont habiles manuellement) 70 %
La fidélité au patrimoine (sont respectueux de leur culture et traditions) 63 %
Le gros bon sens (ont du gros bon sens) 60 %
L’individualisme (sont individualistes) 59 %
Les nationalismes (sont nationalistes) 57 %
L’instinctivité (ont de bons instincts) 56 %
La sensualité (sont sensuels) 54 %
L’envie (sont envieux) 54 %
Le sens de la publicité (ont le sens de la publicité) 51 %
Le besoin de paraître (ont besoin de paraître) 49 %
Le complexe d’infériorité (ont un complexe d’infériorité) 49 %
L’esprit moutonnier (sont moutonniers) 48 %
Le conservatisme (sont conservateurs) 45 %
La xénophobie (sont xénophobes, n’aiment pas les étrangers) 41 %
Le chauvinisme (sont chauvins, se pensent meilleurs que les autres) 40 %
Le matriarcat (vivent dans une société matriarcale, influencée par les mères de famille) 38 %
La vantardise (sont vantards) 37 %
L’étroitesse d’esprit (sont étroits d’esprit) 36 %
La finasserie (sont rusés) 35 %
Le fatalisme (sont fatalistes, ne peuvent changer l’avenir) 35 %
Le cartésianisme (sont cartésiens, sont rationnels et méthodiques) 33 %
Le manque de sens pratique (manquent de sens pratique) 30 %
Le bas de laine (économisent leur argent) 22 %
Le goût bizarre (ont des goûts bizarres) 22 %
La solidarité continentale (se sentent américains) 20 %
Le mysticisme (aiment les sciences occultes) 19 %
L’antimercantilisme (n’aiment pas l’argent) 14 %

Sondage Léger réalisé auprès de 514 Québécois entre les 1er et 3 décembre 2015.